Guellen, Briec (29510), Bretagne, France



Le 27 juin 1944, un sergent téléphoniste allemand répare des fils téléphoniques en bordure de la route de Briec à Châteaulin quand il remarque des traces fraîches de chaussure dans un champ. En suivant cette piste, il aperçoit à la jumelle un homme armé d'une mitraillette. Avec deux autres hommes, ils abattent le maquisard en faction et ouvrant brusquement la porte de la ferme du Guellen lancent une grenade et tirent au jugé avant de s'enfuir. Plus tard, avec d'autres allemands dont un officier, ils retournent sur les lieux où ils découvrent cinq corps qu'ils font enterrer avant d'incendier la ferme.

Les cinq victimes furent :

Jean Pierre QUEAU, 20 ans, né le 14/06/1924 à Plouzané 29

Ange Francis MENOU, 29 ans, né le 09/11/1914 à Lannion 22

Emile René LASTENNET, 25 ans, Inspecteur de police, né le 23/06/1919 à Saint Pierre Quilbignon 29 

Raymond LAMOUR, 19 ans, étudiant, né le 03/10/1924 à Paris 75

Guy Nonna ROLLAND, 18 ans, employé de bureau, né le 29/08/1925 à Penmarch 29 

Jean Quéau, Raymond Lamour et Guy Nonna Rolland

article OF du 24/06/1994

La veille, sous la direction du sergent-chef Lastennet, une quinzaine d'hommes marche en direction de Guellen, transportant des explosifs.

Arrivés à destination, ils aident dans l'après midi les fermiers à la récolte du colza. Dans la soirée, les hommes quittent leur refuge, un penty prêté par les fermiers ; ils ont ordre de saboter les lignes téléphoniques de la route de Brest.

Une fois leur mission accomplie, ils reviennent fourbus à Guellen sous une pluie battante.

Le lendemain matin, ils sont réveillés par les allemands... la tragédie a lieu, et avant de partir les allemands mettent le feu à la ferme.

Quant au  reste de la troupe des FFI, elle s'enfuit en direction de Penhoat près du Stangala (Quimper) en passant par Ty Mab Fourman ; les blessés s'y feront soigner par des médecins clandestins.

Penhoat est le PC des FFI de Quimper (Poste de commandement), et ce même jour, probablement suite à une dénonciation, les allemands débarquent et tirent sur 4 jeunes maquisards ainsi que sur le responsable du PC.

Les allemands trouvent à Penhoat les fiches de renseignements concernant les différents secteurs de résistance et c'est le lendemain, le 28 juin qu'ils vont débarquer à Kergrenn (route de Bénodet) et tuer 6 autres résistants.

photo studio Le Grand

Au mois d'octobre 1944, un millier de briécois vont se recueillir à Guellen ; et à Quimper, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui accompagnent leurs morts à leur dernière demeure.

La stèle commémorative de Guellen sera construite plusieurs années plus tard à l'emplacement du penty incendié.

sources ( http://www.plaques-commemoratives.org ), Archives du Finistère